Recherche

Le S.P.H.E.R.E. in progess

Co-conception STRAS-SPHERE

Résidence interne au sein du local de Horizome

8 mois après la première résidence au Shadok pour lancer le chantier STRAS-SPHERE, une deuxième résidence s’est déroulée du 16 au 18 août 2016, à Hautepierre, avec certains membres de l’association Horizome et du syndicat Entropie.

JOUR 1 :

-> Présentation du chantier en cours, le projet de recherche S.P.H.E.R.E., les chartes graphiques S.P.H.E.R.E. et STRAS-SPHERE, le descriptif du site internet et le dépliant de présentation STRAS-SPHERE.

-> Requestionnement commun autour du programme, vulgarisation des propos et ergonomie du site internet.

JOUR 2 :

-> Travail en deux groupes :

  • Autour de la vulgarisation des propos

Afin d’améliorer la lisibilité grand public tout en conservant certaines spécialités d’experts, il s’agit de transformer les textes de recherche en mots communs, clairs et précis.

Capture d’écran 2016-08-22 à 10.31.01.png

Capture d’écran 2016-08-22 à 10.27.48
  • Autour de l’ergonomie du site internet

Il s’agit d’augmenter la facilité d’utilisation de la plateforme, de transformer certains chemins et nombres de clics pour accéder à une information spécifique.

JOUR 3 :

-> Finalisation des propositions, travail commun autour de la page d’accueil du site internet STRAS-SPHERE, et ce, toujours dans la bonne humeur !

Un grand merci à Grégoire, Mélanie, Bernadette, Léna, Romain, Mehdi, Younès, Jérémie, Sylvain et Pierre pour leur contribution.

Publicités

Zoning des sites internet STRAS-S.P.H.E.R.E. et S.P.H.E.R.E.

Avancement sur les chantiers :

Ce sont bien deux sites internet  distincts qui vont coexister pour faciliter la compréhension de l’ensemble de la démarche de recherche en design :

L’application http://www.strassphere.org

-Le premier site, STRAS-SPHERE correspond à l’application concrète du programme S.P.H.E.R.E., c’est la cartophonie associant des enregistrements de terrain et des créations sonores de territoire, ciblée sur les quartiers de la ville de Strasbourg.

Capture d’écran 2016-07-22 à 13.29.42

Le système http://www.sphere.org

-Le deuxième site contient toutes les informations autour du programme S.P.H.E.R.E., proposé sous forme de « one page », il permet de comprendre la méthode processuelle opérée.

Capture d’écran 2016-07-22 à 13.21.10

Capture d’écran 2016-07-22 à 13.20.51

Typologie STRAS-SPHERE

La cartophonie STRAS-S.P.H.E.R.E est une sonothèque territoriale qui précise une sémiologie du paysage sonore urbain en traitant à la fois de son écoute (paysages sonores vécus), de sa représentation (paysages sonores fabriqués) et de son approche (paysages sonores ambiants et rêvé).

Sa classification permettra notamment à terme d’interroger la mise en narration du paysage sonore ambiant par le paysage sonore fabriqué au travers de la comparaison entre les types d’informations récoltées, les types de fichiers constitués et les liaisons entre les approches. 

 

sémiostras-sphere

Premières recherches sur la cartophonie

Décembre 2015 :

Les deux designers graphiques et les deux développeurs s’accordent pour élaborer la structure ergonomique et narrative du site internet STRAS-SPHERE : visuels, fonctions, navigations, ergonomies…

En voici quelques exemples :

La partie la plus complexe à mettre en oeuvre est de loin la cartophonie, tant sur l’aspect graphique que technique, ce qui semble plutôt cohérent au vue du scénario construit en amont : La cartophonie répertorie et facilite le rangement de tous les fichiers sonores collectés via le site STRAS-SPHERE. Sa propre arborescence est construite selon deux entrées pour permettre la visualisation des fichiers sur la carte à partir de filtres.
Au sein de ces entrées, on retrouve plusieurs autres entrées inter-reliées pour suivre l’idée d’un système distribué et dé-centralisé.

Capture d’écran 2015-12-20 à 14.16.18

Le travail de mise en oeuvre nécessite dès lors une exploration de recherche et développement, ce qui permet aussi de tester différentes visualisations de la carte subjective et sonore de Strasbourg:

-Une carte 3D vue en plongée d’un espace mental de la ville. Au sol, un carré, la ville, construit de plusieurs petits carrés, les quartiers. Dessus, un flux de particules sonores évoluant comme une vague et rangées en fonction de leur identification à un espace urbain: frontières de quartier, voies , points de connexion…

Capture d’écran 2015-12-19 à 17.20.35

—> Prise de distance vis à vis des sons de territoire : la carte n’est pas le territoire mais une représentation mentale de ce dernier…

-Une carte 3D immersive où l’internaute se retrouve à l’intérieur d’un cube entrecroisé de lignes qui amènent à des points sonores.

Capture d’écran 2015-12-20 à 14.06.34.png

—> Le son est lui-même immersif à saisir en 3 dimensions, il s’agit donc d’insister sur cette idée par le visuel et la navigation cognitive à l’intérieur de la carte.

Finalement, la cartophonie STRAS-SPHERE est à appréhender sémiologiquement parlant comme une représentation mentale plutôt qu’une carte géo-localisée : Les fichiers sonores sont disposés sur la carte comme des points vibrants en mouvement.

Traces sonores patrimoniales à l’écoute

Tour d’horizon des identités visuelles des projets inspirants :

 

Impression globale:

Très peu de ces sites ont travaillé une identité visuelle en lien avec la représentation du sonore comme signe. Cet aspect n’est la plupart du temps même pas considéré, ces sites pourraient souvent être interchangeables dans leur aspect visuel, et par conséquent dans leur ergonomie. Il s’agit pour la plupart de projets à l’approche scientifique, ils sont également censés œuvrer pour réhabiliter, développer et contribuer à la patrimonialisation du sonore dans notre façon de vivre le monde.

Est-ce que c’est une volonté des porteurs de projet de peu développer l’aspect visuel pour affirmer une position dominante au sonore? 

Est-ce qu’il ne s’agirait pas d’ouvrir la démarche de cartographie 2D d’une manière plus  englobante et immersive comme une cartophonie 3D subjective?

Résidence d’une semaine au Shadok

Capture d’écran 2015-11-21 à 16.18.38

L’équipe STRAS-S.P.H.E.R.E. travaille sur la fonte du site internet en se retrouvant à l’atelier résident du Shadok pour notamment faire le point et avancer sur :

-l’arborescence générale

-la maquette fonctionnelle

-le scénario utilisateur

-la validation de l’identité visuelle

-l’arborescence spécifique à la cartophonie

 JOUR 1 : Arborescence du site internet

residence strassphere

Travail collectif entre les développeurs et les médiateurs autour de l’architecture des informations.

JOUR 2 : Fiches, Formulaires & logo SPHERE

strassphere
—> Préparation des champs utiles sur le back office du site internet : Fiches du laboratoire numérique et des actions in-situ + Header & footer

 

—> Prise de recul vis à vis des propositions de logos SPHERE :
Annotations de chacun des graphistes sur les + et les – permettant de faciliter notre choix final

JOUR 3 : Mise en conception de l’éco-système SPHERE & rédaction du scénario « utilisateur »

Capture d’écran 2015-11-21 à 14.56.25

—> Le SPHERE , en termes de recherche en Design, se comprend en tant que design de système qui se décompose en deux hémisphères : d’un côté on parle du concept de SCÉNOPHONIE, de l’autre de CARTOPHONIE.

Capture d’écran 2015-11-21 à 16.18.38

Ces deux notions sont à la fois à définir théoriquement en créant une méthodologie de design de système et à vivre de manière empirique et pragmatique en proposant une politique d’éveil à l’écoute.

—> Plus concrètement il s’agit de relier des actions de territoire (in-situ) à un laboratoire numérique contributif (ex-situ)

Capture d’écran 2015-11-21 à 16.20.38

Différentes approches y sont représentées, notamment comme filtre thématique de la cartophonie STRAS-SPHERE :

-approche patrimoniale

-approche écologique

-approche créative

JOUR 4 : C’est déjà le dernier jour…

jour der res strassphere

—> Travail sur le zoning & taxonomie du site internet,

—> Discussion entre les médiateurs et motion designers pour la création d’un mode d’emploi, tutoriel animé

—> Restitution de la résidence dans le cadre de la Non-conférence « Territoire sonore » organisé au Shadok

Premières recherches formelles du Logo SPHERE

Recherches_LOGO_SPHERE_Pierre

Capture d’écran 2015-11-16 à 13.09.35 (2)

Jeudi 12 novembre

-> Représentation du SPHERE :

Une base commune autour de la sphère pour induire —> l’idée de l’écouteur au centre du dispositif qui entend à 360°,
—> ou encore l’idée du son qui se propage autour de ses propres sources
—> et l’idée d’un terrain spatial relié au temporel…

Seulement cette forme sphérique insiste trop sur la notion de centralisation, il a été ainsi convenu de faire évoluer les pistes vers l’idée d’un rhizome décentralisé et distribué :

rhizome3

Une autre base se plaçant plutôt comme un plan « toposonique » interconnecté par des points sonores qui représenteraient à la fois —> l’écouteur, la source, le territoire…
—> une théorie des systèmes pragmatique,
—> une pensée complexe de terrain…
…à suivre.

Départ des recherches sur l’identité visuelle évolutive du projet

sphere

Lundi 5 octobre

-> Premières pistes de réflexions entre Big Dune, creative land et Isogram :

– Logo à plusieurs facettes: toutes les facettes du projet

– Logo évolutif

– Anticipation de l’utilisation et des supports: principalement sur écrans, grosse importance d’internet, (possibilité d’un logo animé?) >> 3 Dimensions, espace, déplacement dans l’espace…

– Esthétique proche du pictogramme, de la signalétique, de la cartographie. Fait sens sur le fond mais aussi sur la forme puisqu’un traitement en vecto / aplat est beaucoup plus léger à l’intégration pour les développeurs. Le visuel ne doit pas rajouter du poids en termes de données (besoin d’espace et bande passante pour les sons). Aussi plus pérenne d’un point de vue graphique.

– Besoin de développer un langage visuel synthétique, immédiat, déchiffrable par le plus grand nombre (grand public) mais avec des niveaux de lecture plus élevés (spécialistes).

– Le grand public ne doit jamais être pénalisé dans sa compréhension du projet par rapport aux professionnels du son. Les professionnels du son ne doivent pas rester sur leur faim dans ce que le projet leur apporte.

– Le son et l’espace

– Plusieurs entités connectées les unes aux autres: les différents aspects et actions qui constituent le projet S.P.H.E.R.E., les utilisateurs du site, les habitants de la ville dont on raconte l’histoire, les corps de métier qui travaillent à la conception du projet, le réseau des villes qui dans le futur adopteront le projet, …

– Éviter l’écueil du logo qui joue avec la représentation graphique du son en fréquences ou histogrammes pour représenter une ville, les typographies qui forment des câbles, les boutons play, pause, etc. Approche sur mesure, singulière et affirmée. Le logo ne doit pas être interchangeable et convenir à n’importe quel projet impliquant du son.

– Idée de communauté, pas au sens clivant, au sens de lien tissé entre chacun.

– Idée de label? Le label S.P.H.E.R.E.? Cette ville est labellisée S.P.H.E.R.E. et des actions communes peuvent être organisées avec les autres villes labellisées, moi en tant qu’utilisateur j’ai mon autocollant ou mon badge S.P.H.E.R.E. et je reconnais ceux qui l’ont aussi (alors que je ne les connais pas forcément personnellement): apporter un peu plus de valeur au projet… c’est pas facebook que tout le monde utilise sans être vraiment connecté

– Prise de position affirmée: le son est sous exploité dans notre façon de vivre nos espaces. S.P.H.E.R.E. apporte sa contribution pour changer ça.

– Idée de témoignage(s)

… à suivre

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑